L’UE est pionnière en matière de normes sur l’IA alors que les gouvernements tentent de réglementer des produits comme ChatGPT

L’Union européenne établit un cadre réglementaire pour l’IA

Lors d’une récente réunion à Francfort, en Allemagne, l’emblème de l’application ChatGPT d’OpenAI a été révélé sur les appareils technologiques, juste à côté de l’acronyme « AI » (Intelligence Artificielle), marquant un moment important dans le développement de cette technologie.

#RAEconsultas L’acronyme « AI » est utilisé comme abréviation de « intelligence artificielle ». En espagnol, les acronymes sont invariables par écrit : « les IA ». 3/4

– RAE (@RAEinforma) 12 mai 2023

Des avancées législatives pour l’intelligence artificielle

L’Union européenne a franchi une étape décisive en s’accordant sur un ensemble de normes pionnières pour l’utilisation et le développement de l’intelligence artificielle. Cet événement promet de devenir la première législation majeure réglementant cette technologie dans le monde occidental.

Les représentants des principales institutions européennes ont consacré des journées entières à définir et affiner les propositions législatives. Une partie du débat a tourné autour de la régulation des modèles d’intelligence artificielle générative, responsables de la création de plateformes telles que ChatGPT, et de la gestion des outils d’identification biométrique, qui incluent la reconnaissance faciale et la numérisation des empreintes digitales.

Positions nationales sur la réglementation

Malgré la tendance vers un cadre réglementaire commun, l’Allemagne, la France et l’Italie ont montré une préférence pour l’autorégulation des modèles d’IA générative, suggérant la mise en œuvre de codes de conduite établis par les gouvernements plutôt que d’une législation directe.

LER  Grok, le chatbot IA « rebelle » d'Elon Musk, est lancé sur X

Ces pays s’inquiètent de la manière dont une réglementation stricte pourrait limiter la capacité de l’Europe à rivaliser avec les géants technologiques chinois et américains. En Europe, l’Allemagne et la France comptent des startups prometteuses dans le secteur de l’IA, comme DeepL et Mistral AI.

La loi européenne sur l’IA : un précédent en matière de réglementation

Ce nouveau corps législatif, la loi européenne sur l’IA, est une initiative sans précédent spécifiquement axée sur l’intelligence artificielle. Ses racines remontent à 2021, avec une proposition de la Commission européenne visant à établir un cadre juridique et réglementaire unifié pour l’IA.

La loi classe l’IA en niveaux de risque allant de « inacceptable » (technologies qui devraient être interdites) à ceux considérés comme présentant un risque élevé, moyen et faible.

L’intelligence artificielle générative dans l’œil de l’ouragan

L’IA générative est devenue un sujet de grand intérêt après le lancement public de ChatGPT d’OpenAI à la fin de l’année dernière. Son apparition après les propositions initiales de l’UE en 2021 a exhorté les décideurs politiques à reconsidérer leur approche de cette technologie.

Des outils tels que ChatGPT, Stable Diffusion, Bard de Google et Claude d’Anthropic ont surpris les experts et les régulateurs par leur capacité à générer des résultats sophistiqués et semblables à ceux des humains à partir de questions simples et de grandes quantités de données. Ces mesures ont suscité des critiques en raison d’inquiétudes quant à leur potentiel à remplacer des emplois, à émettre des propos discriminatoires et à porter atteinte à la vie privée.

LER  Découvrez les différences fondamentales entre Gemini et ChatGPT

Implications pour l’industrie

À titre d’illustration, le potentiel de l’IA générative pour optimiser les processus de sélection dans des secteurs tels que la santé, entre autres utilisations commerciales possibles, a été souligné.